Français - Nederlands
Vous êtes ici : Accueil Acquérir un Cavalier King Charles

 

Espace membres

 Articles récents :

Comment acquérir un Cavalier King Charles de qualité : Ce qu'il faut faire, ce qu'il faut éviter !

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Vous, qui avez compris, que le Cavalier King Charles, est un petit chien de compagnie merveilleux, que vous avez décidé d’accueillir vous, lisez attentivement les lignes suivantes, afin d’acquérir un petit chien de qualité, qui s’épanouira pleinement dans votre foyer et vous comblera de bonheur pendant de nombreuses années.

Coup  de  Gueule du  Président

 


 

Je sais que nous sommes en période de vacances et que généralement durant cette période, place est faite à la détente et au relâchement. Cependant, il existe des circonstances qui font que certaines choses doivent être dites quelque soit le moment.

Depuis quelques temps on parle dans une certaine presse et dans certains pays de la santé du Cavalier King  Charles. Des chiffres sont publiés, très souvent erronés ou mal compris .Le  club de race d’un pays directement concerné par ce problème a pris les choses en main et par conséquent je ne me permettrai pas d’entrer plus en détails dans ce dossier.

Aujourd’hui, mon coup de gueule, sera dirigé non pas vers cette presse, mais vers ceux qui  manquent de professionnalisme, de rigueur, et d’éthique,  qui produisent mais n’élèvent pas, qui n’ont qu’une seule idée en tête : l’appât du gain, bref, vers ceux qui nuisent à la race.

Il est vrai que chez le cavalier comme dans toutes les autres races, il existe certaines  faiblesses.

N’est-ce pas normal ?  Connaissez-vous une espèce vivante qui n’a pas de problèmes ?

Ne nous arrive-t-il pas d’avoir des faiblesses, de tomber malade, d’avoir des moments plus difficiles que d’autres ? Peut-on dire pour autant que la race humaine est malade ?

Chez le Cavalier King Charles, il s’agit de la dégénérescence de la valve mitrale plus communément appelé, la MVD. Tout amateur de cavalier est au courant de cela. Il existe cependant aujourd’hui, des protocoles qui permettent de soigner cette maladie. Il n’est pas rare de voir des cavaliers vivre jusque 15,16 et même 17 ans  .

Bien sûr, l’éleveur digne de ce nom, consciencieux, amoureux du travail bien fait et fier de son élevage, va avec l’aide de son club de race, mettre tout en œuvre pour, si non, éradiquer la maladie, améliorer toujours davantage la santé de ses chiens.

Aujourd’hui, une méthode  existe pour réaliser cela.

Dés 1990, grâce au dynamisme du club de race français (CENA) un groupe d’étude intéressant des éleveurs, des membres  du comité et des vétérinaires fut constitué.

Et en 1995, le choix définitif d’une méthode de dépistage de la maladie fut entériné.

A ce jour plus de 4600 cavaliers ont été testé en France par cette méthode et les résultats démontrent clairement que l’on peut faire reculer cette pathologie.

Les éleveurs consciencieux qui font tester leurs chiens par échocardiographie voient leur cheptel s’améliorer de génération en génération.

Hélas, les pseudo-éleveurs, ceux que j’appelle les « marchands de chiens », ceux que j’ai cité au début de cet exposé, préfèrent ignorer cette méthode, ils font du « n’importe quoi », emploient en saillie n’importe quels géniteurs, ceux qu’ils ont sous la main et vendent leur production très souvent sans pedigree.

Ils font, pour employer le jargon cynophile, « du sans pedigree ». Mais ne vous leurrer pas, si ces personnes travaillent généralement dans l’anonymat, il y en a d’autres (heureusement beaucoup moins nombreuses) qui profitent  de leur affixe (nom d’élevage) ou d’autres positions privilégiées, pour produire des chiens sans pedigree. Ils vont à l’encontre des règles de la Société Royale Saint-Hubert, qui n’autorise en aucune façon, ce genre d’élevage.

D’autres, produisent des chiens avec pedigree, ce qui est déjà beaucoup mieux, mais ne font pas tester leurs géniteurs par échocardiogramme . Ils ne sont pas du tout comparables à ceux que je viens de décrire, mais ils ne peuvent apporter la garantie que leurs géniteurs sont sains ou conformes à la méthode de dépistage.

C’est la raison pour laquelle, si vous désirez acquérir un petit Cavalier King Charles, EXIGEZ de l’éleveur, un document établi par un vétérinaire, attestant que les parents du chiot que vous voulez acheter, ont bien été testés par échocardiographie (la seule méthode, à ce jour,permettant de déterminer précocement la maladie)  et qu’ils sont aptes à la reproduction.

Ce document, sera une preuve évidente que vous vous êtes adressé à un éleveur sérieux.  

Alors, si vous aimez, cette merveilleuse race, qu’est le Cavalier King Charles, si vous voulez travaillez à sa renommée, qu’elle soit reconnue à sa juste valeur,alors n’hésitez pas à la défendre.

Si vous connaissez de futurs acquéreurs de cavalier, dirigez-les vers des éleveurs sérieux, qui pratiquent systématiquement le dépistage de la MVD par échocardiographie, conseillez-les judicieusement, ou dites-leur de s’adresser au club de race.

Soyez certain, que le Cavalier King Charles est un petit chien extraordinaire, robuste, et qui vous comblera de bonheur pendant de très nombreuses années.

Baugnet Jean Claude.

 

 

Agenda

No current events.